L’enfant et la propreté, une source de stress pour vous parents soucieux de savoir si votre enfant pourra faire sa première rentrée des classes. L’apprentissage de la propreté demande de la patience et de la persévérance. Inutile de se mettre la pression, l’important, c’est d’attendre qu’il soit physiologiquement et psychologiquement prêt.

C’est généralement entre ses 2 ans et 4 ans qu’un enfant apprend à être propre. Chaque enfant a son propre rythme et certains ont besoin de plus de temps dans cette étape, ce qui peut parfois susciter questions et commentaires de la famille et de son entourage. Il est important de respecter le rythme de l’enfant.

Avant toute chose, un enfant doit apprendre à contrôler ses envies pressantes. C’est vers l’âge de 2 ans qu’un enfant est capable d’identifier une envie d’uriner, et de ressentir la sensation d’organes qui sont « pleins ». Il formule alors son envie d’aller aux toilettes.

Dans cette période, le rôle des parents et de l’entourage familial est d’accompagner l’enfant, de le soutenir et l’encadrer durant le processus d’apprentissage de la propreté.

Le site internet naitreetgrandir.com identifie 6 étapes de l’apprentissage de la propreté chez l’enfant.

 

Etape 1 :  ne pas forcer l’enfant

Avant que votre enfant ne soit prêt, le forcer ne serait d’aucune aide. C’est, dans un premier temps, la journée que les enfants deviennent propres. La propreté la nuit vient plus tard. Comme précédemment expliqué, les enfants sont propres à des âges différents. Définir un âge précis auquel l’enfant doit être propre n’a alors pas de sens. Il faut se fier aux signes qui indiquent que l’enfant est prêt. L’apprentissage de la propreté prend généralement de 3 à 6 mois.

Voici quelques signes indiquant que votre enfant est prêt à être propre : il va lui-même vers son petit pot et s’assoit dessus tout seul, il reste au sec pendant plusieurs heures (couche propre), il vous dit quand sa couche est sale.

Etape 2 : choisir le bon moment pour votre enfant

 Le bon moment est bien entendu celui où votre enfant manifeste des signes, montre qu’il est prêt. Il vaut mieux choisir un moment paisible pour commencer cet apprentissage.

La collaboration de l’entourage est aussi importante car d’autres personnes que vous peuvent être amenées à le garder. Votre entourage doit par conséquent poursuivre les efforts faits.

Etape 3 : familiariser l’enfant avec le pot

L’enfant doit se familiariser avec ce nouvel objet. Il faut de préférence le laisser près des toilettes et expliquer à l’enfant quel est son utilité, qu’il peut s’en servir.

Les grandes toilettes sont parfois effrayantes pour les enfants qui se sentent dessus moins en sécurité. Le siège adaptable peut être une solution efficace pour faire la transition entre le pot et les toilettes d’adulte.

Etape 4 : établir une routine

Prévoir des heures régulières peut aider l’enfant dans son apprentissage : dès le réveil, après les repas, avant et après la sieste etc.

Sur le pot, il vaut mieux ne pas donner de livres ou de jouets afin que l’enfant puisse se concentrer sur la sensation d’une vessie pleine par exemple. Cependant, il ne doit pas rester plus de 5 minutes dessus. S’il n’a pas envie, l’enfant peut y revenir plus tard.

Etape 5 : passer à la culotte de tissu

Si votre enfant utilise de plus en plus le pot, vous pouvez ne plus lui mettre de couche durant la journée.

Privilégiez les vêtements faciles à enlever qui lui permettront d’aller rapidement aux toilettes si l’envie lui prend. Vous pouvez aussi lui rappeler d’aller sur le pot.

 

Etape 6 : Supprimer la couche pendant le dodo

Si votre enfant reste propre durant une journée entière ou sa couche reste sèche pendant les siestes, vous pouvez par exemple la supprimer.