Petit Vampire arrive enfin au cinéma le 21 octobre prochain !
L’adaptation de la célèbre BD écrite et dessinée par Joann Sfar.
Elle fera sourire petits et grands sur grand écran.

 

Synopsis


Petit Vampire vit dans une maison hantée avec une joyeuse bande de monstres, mais il s’ennuie terriblement… Cela fait maintenant 300 ans qu’il a 10 ans, alors les bateaux de pirates, et le cinéclub, ça fait bien longtemps que ça ne l’amuse plus. Son rêve ? Aller à l’école pour se faire des copains. Mais ses parents ne l’entendent pas de cette oreille, le monde extérieur est bien trop dangereux. Accompagné par Fantomate, son fidèle bouledogue, Petit Vampire s’échappe du manoir en cachette, déterminé à rencontrer d’autres enfants. Très vite, il se lie d’amitié avec Michel, un petit garçon aussi malin qu’attachant. Mais leur amitié naissante va attirer l’attention du terrifiant Gibbous, un vieil ennemi qui était sur les traces de Petit Vampire et sa famille depuis des années…

 

Une histoire familiale


Petit Vampire est une histoire très personnelle pour Joann Sfar. L’intrigue se déroule en effet à Antibes, ville où se trouve les grands parents maternels du réalisateur.

Il s’est inspiré de cette maison vendue au décès de ses grands parents une vingtaine d’années plus tôt, qu’il est alors retourné voir avec son ami Antoine Delesvaux ( qui est par ailleurs le co-réalisateur de Petit Vampire et du Chat Rabbin ). Voyant que la maison était vide, ils ont pris des photos et ont également sauté par dessus la grille ! Mais pour l’intérieur, c’est avec sa mémoire qu’il y est allé !


Joann Sfar


Joann Sfar explore depuis ses débuts en bande dessinée un univers merveilleux et fantastique où se croisent diverses créatures des folklores d’Europe de l’Est. 

Il a lié son histoire à celle de Petit Vampire.

Lorsqu’il était petit, ses grand-parents, et en particulier son grand -père qui était médecin, avaient toujours peur qu’il lui arrive quelque chose. Il était donc un enfant surprotégé même s’il était en bonne santé. On lui disait de ne pas sortir et que tout était dangereux. Tout comme Petit Vampire qui n’a lui aussi pas le droit de sortir de son Manoir. Le réalisateur a également perdu sa mère très tôt, il relie alors son passé au film en allant à l’encontre de l’image classique de l’orphelin tourmenté.


Le film


Ce film aborde la sur-protection des parents. mais également l’imaginaire d’un petit orphelin qui joue avec la notion de mort pour qu’elle lui fasse moins peur. 

Joann Sfar entoure ses deux héros de “créatures surnaturelles positives” pour apprendre aux enfants à garder la joie de vivre malgré un monde extérieur souvent effrayant. On pourrait même y voir une référence à l’actualité ! 

Son objectif est alors de parler de sujets essentiels mais de manière amusante pour que les enfants s’y retrouvent tous.

Joann Sfar retourne aussi les clichés des vampires. Ses créatures nocturnes ne brûlent pas au soleil, comme le veut la tradition. Petit Vampire porte aussi un imperméable jaune pour le protéger des rayons du soleil. Il a remplacé la musique lugubre des récits de vampires par de la musique provençale et des airs napolitains et niçois. 

Pour les voix il a fait appel à des comédiens plus drôles qu’effrayants, à qui il demandé un “jeu intense”, “corporel” et “beaucoup d’émotions”. 

 

Un moment pour petits et grands


Ecrit pour les enfants, Petit Vampire est aussi destiné aux adultes et aux fans de surnaturel. Le film est truffé de clins d’œil aux classiques du genre, des Goonies à La Créature du Marais en passant par Lovecraft: « C’est la première fois que je peux lâcher mes monstres au cinéma et comme il n’est question que de cinéma dans la vie de Petit Vampire, le scénario en est truffé. Les monstres vont au ciné club, ils regardent des films de la Hammer. C’est un film pour les petits, mais j’espère que les fans de surnaturel s’y retrouveront! »

https://www.bfmtv.com/people/cinema/annecy-2020-petit-vampire-de-joann-sfar-un-film-d-animation-pour-les-enfants-et-les-fans-de-surnaturel_AN-202006090341.html

 

À BIENTÔT CHEZ EDUCAZEN !